logo estrem dounill [ blog | articles | forum | photos | videos | a propos | petites annonces ]

quelles coques pour le roller de descente – partie 2

 Publié par le 20 novembre 2013 à 21 h 18 min  Commenter
 

Dans cette seconde partie Huggy présente la plupart des coques utilisables en descente.

Note préliminaire : la quasi totalité des coques présentées dans cet article n’ont pas été conçues pour une utilisation ‘descente’. Certaines coques, pourtant réputées dans d’autres disciplines, peuvent donc se révéler totalement inadaptées à une utilisation ‘descente’ et être très mal notées par Huggy.

4/ Toutes les coques utilisables en descente

Dans cette section, Huggy va vous présenter succinctement plus de 80 modèles de coques qui sont utilisables en descente. Il n’y a aucun test d’Huggy sur cette page, juste des images des différentes coques pour pouvoir les reconnaitre et quelques commentaires sur les différents modèles. Les tests d’Huggy se situe en page 3 de l’article.

4.1/ Fila

logo_fila_01

Fondé en 1911 en Italie (compagnie fabricant des sous-vêtements à l’origine), l’entreprise Fila a été revendue une première fois à un fond d’investissement en 2003. Puis, la compagnie Fila globale a été rachetée par la branche Fila Corée en 2007. La branche roller a été créée au milieu des années 1990.

  • Fila est plutot connu pour ses rollers de vitesse, mais il y quelques modèles qui ont été utilisés en descente. Par ailleurs, Fila a sorti un patin très similaire aux Seba FR qui mérite qu’on s’y intéresse aussi. Huggy va vous présenter les Fila FT87 et les Fila NRK.
  • L’ensemble des photos pour les Fila est disponible sur notre gallerie.
  • Les modèles Fila actuels (NRK) sont vendus un peu moins chers que les Seba : de 160 à 280€ selon le modèle.
  • Les pointures des Fila sont probablement inscrites dans la languette. Huggy ignore si Fila utilise le système Mondopoint (pointure en cm) pour ses coques, et Huggy ignore également le gap entre chaque pointure (la majorité des fabricants utilisent un gap d’1cm entre chaque coque). Vous trouverez ci dessous la table de conversion entre pointure en cm et pointure EU pour les rollers Fila actuels.

pointures_fila

Fila NRK

  • C’est une paire qui est toujours fabriquée en 2013, vendue 200€ et disponible en noir ou en blanc. Ce modèle est clairement une copie des Seba FR1 (il y a des rumeurs comme quoi ce modèle sortirait des mêmes usines), ceci étant dit, plusieurs points ont été améliorés lors de la copie des FR1, et ca mérite qu’on s’y intéresse un peu :
    • L’articulation de spoiler est mieux concue que celle des Seba (voir la photo ci-dessous), en effet la “rondelle” de réglage n’est pas entrainée en rotation par le spoiler, du coup la vis de spoiler n’est pas dévissée par les mouvements de flexion avant-arrière du spoiler (voir le test des FR1 pour les détails).
    • La garde au sol a été abaissée (voir la photo).
    • La masse serait plus faible que celle des FR1 (ca reste à vérifier).
    • Le prix est inférieur de 50€ à celui des Seba FR1.
  • Sur le papier, ce modèle semble intéressant et il est relativement économique. Mais Huggy ne l’a pas encore passé au banc de test pour voir ce qu’il valait vraiment, car personne n’a pu le lui prêter … en attendant, Huggy vous invite à lire le blog de Thias qui a eu l’occasion de démonter un modèle assez similaire : le NRK road : http://fr.thias.marmotte.net.
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa coque tout en plastique, ses deux boucles (dont une type vitesse au niveau du cou de pied) et ses lacets. La base de la coque est noire ou blanche. Ce modèle existe de la pointure US 7 à la pointure US 13 :

Fila NRK Road

  • C’est la version haut de gamme des Fila NRK présentés ci-dessus. Vendue 80€ plus chère (soit 280€), cette paire utilise une base de coque en fibre de basalte (matériau légèrement inférieur au carbone à priori). Elle se pose en concurrent des Seba, à mi-chemin entre les FR1 et les High Carbone. Le spoiler est en plastique, noir ou blanc.
  • Sur le papier, ce modèle semble intéressant et les retours sont bons. Mais Huggy ne l’a pas encore passé au banc de test pour voir ce qu’il valait vraiment, car personne n’a pu le lui prêter … en attendant, Huggy vous invite à aller lire la scéance démontage réalisée par Thias : http://fr.thias.marmotte.net.
  • Le modèle est reconnaissable grace à la base de sa coque en fibre et son strap au niveau du cou de pied. Ce modèle existe de la pointure US 6 à la pointure US 13 :

Fila NRK BX

  • C’est une paire qui est toujours fabriquée en 2013, vendue 160€. C’est la version bas de gamme des Fila NRK présentée ci-dessus ; les principales différences sont un strap au lieu d’une boucle au niveau du cou de pied, pas de réglage de la hauteur du spoiler et des axes en 2 parties sur la platine. Ce modèle est peu intéressant pour la descente, du fait de son strap au niveau du cou de pied qui ne permet pas un serrage efficace.
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa coque tout en plastique et son strap au niveau du cou de pied. Ce modèle existe de la pointure US 6 à la pointure US 13 :

Fila FT87

  • C’est un roller qui n’a pas de coque rigide ! Mais ca ne l’a pas empêché d’être utilisée en descente, car ce modèle a un spoiler qui est bien rigide et deux boucles de serrage.
  • Voilà le modèle en images :

 

4.2/ Powerslide

logo_powerslide_01

Son créateur, l’Allemand Matthias Knoll a d’abord créé une société de distribution de rollers nommée Roll-Knoll en 1988, puis, les affaires allant bien, la marque Powerslide a été créé en 1994. Petit à petit, les produits de la marque sont apparus, la qualité s’est améliorée, et pour finir Powerslide a ouvert sa propre usine de fabrication en Chine en 2012, afin d’avoir un meilleur controle de la qualité de fabrication (auparavant les produits Powerslide étaient sous-traités en Asie).

  • Jusqu’à il y a peu, Powerslide n’avait aucun modèle intéressant pour la descente, mais, voyant probablement l’engouement pour les rollers Seba, Powerslide a réagi et a sorti le modèle Metropolis (Metro) qui est un roller typé Freeskate concurrent direct du Seba FR1. D’autres modèles sont aussi apparus : le Powerslide Hardcore EVO et le Powerslide Imperial, successeur du Metro.
  • L’ensemble des photos pour les Powerslide est disponible sur notre gallerie.
  • Les modèles Powerslide sont assez économiques par rapport à la concurrent, les prix allant de 150 à 400€ selon le modèle.
  • Les coques Powerslide n’utilisent pas le système de pointure Mondopoint (pointure du pied en mm) qu’utilisent la quasi totalité des autres fabricants. C’est dommage car il faut se baser sur des tables de conversion plus ou moins hasardeuses pour trouver la bonne pointure pour son pied. Huggy ignore par ailleurs le gap entre chaque pointure (à peu près tous les fabricants utilisent un gap d’1cm entre chaque coque).

pointures_powerslide

Powerslide Metro (Metropolis)

  • C’est une paire qui est plus ou moins arrêtée en 2013 ; vendue 150€, le prix est canon pour un modèle qui se pose en concurrent direct des Seba FR. Ce modèle a deux boucles pour un maintien efficace (à ce prix là c’est rare), et les boucles sont du type classique à levier, donc bien plus solides que les boucles de type “vitesse” utilisées par la plupart des concurrents ! La coque intègre des écrous captifs qui sont ajustables dans le sens de la longueur, ce qui permet un positionnement optimal de la platine. Bref, sur le papier, ce modèle semble très intéressant et a un rapport qualité prix imbattable. Huggy a testé ce modèle afin de confirmer les bonnes caractéristiques supposées … rendez vous en page 3 de l’article !
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa coque tout en plastique, ses deux boucles à levier, ses lacets et parfois une inscription “FSK” au niveau de la talonnette et l’inscription “Metro” à l’arrière du spoiler. Ce modèle existe de la pointure 38 à 46 :
Metro (Metropolis) :

C’est le modèle classique, selon les années le spoiler est blanc ou rouge.

Metro (tout terrain) :

Ce modèle n’est peut être jamais vraiment sorti, en revanche la coque a été utilisée sur des modèles tout terrain de Powerslide. Par rapport au Metro normal, ce modèle dispose de 3 boucles, chose très intéressante pour la descente !

Powerslide Imperial

  • C’est le modèle qui est amené à remplacer le Metro ; dans sa version basique il a pris 10€ et est donc vendu à 160€, ce qui reste un prix très correct. Par rapport au Metro, ce modèle se dote d’un nouveau spoiler et d’une nouvelle coque, mais le patin reste assez similaire. A noter que la boucle classique du cou de pied a été remplacée par une boucle de type “vitesse”, probablement pour imiter les concurrents, et c’est bien dommage car ce type de boucle est plus fragile et serre moins fort que les boucles classique. A part ca, ce modèle a une déclinaison “Pro” qui a un chausson de meilleure qualité, des roues matter et probablement un spoiler démontable. Sur le papier, ce modèle semble tout aussi intéressant que le modèle Metro pour la descente.
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa coque tout en plastique, ses deux boucles (dont une de type vitesse), ses lacets et l’inscription “Imperial” sur le spoiler. Ce modèle existe de la pointure 38 à 46 :
Imperial :

C’est le modèle basique, il existe également avec un chausson bleu ou violet, et le prix reste identique : 160€. Les pointures vont de 36 à 46.

Imperial Pro :

Ce modèle a un chausson thermoformable de bonne qualité, des roues Matter et un spoiler probablement démontable. Il est reconnaissable à son chausson rouge. Il est vendu 220€ et il est disponible des pointures 38 à 46.

Powerslide Hardcore EVO

  • C’est un modèle plus typé slalom, avec un mini-spoiler. La coque est en fibre de ? (un peu de carbone) ce modèle se pose donc en concurrent des Seba High Carbone. Il est vendu 400€. Ce modèle n’est pas des plus adapté pour la descente à première vue, ceci dit Huggy les a utilisés pendant quelques temps en freeskate / descente et il en était content : les patins étaient réactifs et assez légers et, du fait de son spoiler pas très haut, la flexion avant de cette coque reste correcte. Mais ils ont mal supporté les scéances de tac-tac et l’embase arrière s’est arrachée (l’embase de fixation de la platine a découpé le carbone).
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa coque en carbone, son mini-spoiler (surtout sur le modèle 2013), ses deux boucles (dont une de type vitesse), ses lacets et l’inscription “Hardcore EVO” sur le coté de la coque. Disponible des pointures 36 à 46. Ci dessous les modèles 2009 (celui utilisé par Huggy) et le modèle 2013 :

 

4.3/ Roces

logo_roces_02

Fabricant Italien de chaussures depuis 1952, Roces a d’abord fait des chaussures de ski et des patins à glace avant de se lancer dans le roller. C’est l’inventeur des patins à roues alignées “modernes”, en 1981, peu de temps avant Rollerblade. Les coques actuelles ne sont malheureusement probablement plus fabriquées par Roces, mais sous-traitées en Chine (voir les commentaires sur le Metropolis).

  • Roces a eu un certain nombre de modèles utilisés en descente tout au cours de son histoire, et encore à l’heure actuelle certains modèles peuvent convenir. Huggy va vous présenter les Roces Melbourne, CDG, Majestic, SKT100, ASP100, Metropolis, Equinox et Lab.
  • L’ensemble des photos pour les Roces est disponible sur notre gallerie.
  • Les modèles Roces neufs présentés ici se vendent de 220 à 380€ ; les modèles vieux modèles d’occasion se vendent entre 20 et 50€ (les CDG sont recherchés par les quadeurs).
  • Les coques Roces utilisent probablement le système de pointures Mondopoint (pointure du pied en mm) sur les anciennes coques. Pour les nouvelles, ce n’est malheureusement plus le cas …. Voilà la table des pointures Roces :

pointures_roces

Roces Melbourne

  • C’était une coque du milieu-fin des années 90, fournie avec une platine 5x80mm. Un certain nombre de descenders ont roulé avec cette coque, en ajoutant parfois des boucles de ski. Ce modèle n’est pas très courant, mais on en voit passer de temps en temps sur les sites de petites annonces.
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa platine 5 roues et son spoiler rouge ou vert. Il y a un lacet + une boucle de spoiler. Le nom du modèle “Melbourne” est écrit à l’arrière du spoiler :

 

Roces Majestic

  • C’est une vieille coque de street, qui est toujours fabriquée (au moins en version UFS). Vendue 150€, cette coque est relativement accessible et a été utilisée en descente ; son grand intérêt réside dans le fait qu’il existe une version non UFS, permettant de fixer facilement les platines 5 roues classiques.
  • Le modèle existe en noir et en blanc. Les 2 premières photos sont des versions non UFS, les 2 dernières photos montrent la version UFS récente :

 

Roces CDG (Charles De Gaulle Paris)

  • C’est une coque apparue en 1996 ; patin de vitesse de l’époque, au même titre que les Rollerblade Fusion 10k et les Tecnica Marathon, ces coques se revendent relativement cher encore aujourd’hui car elles sont très recherchées par les quadeurs du fait de son spoiler qui ne monte pas très haut et de sa coque de qualité. Cette coque a également été utilisée en descente, et Huggy vous la présente pour cette raison.
  • Il existe 3 versions de cette coque, présentées ci-dessous (merci à : rollerquad.net pour les photos et les infos)

 

Roces SKT

  • Ce modèle est encore fabriqué en Italie ; il n’existe plus en 2013, mais les nouvelles versions sont quasiment identiques (au moins sur le papier). Le modèle a 2 boucles classiques (dont une à mémoire et en métal) et des lacets. Les embases de la coque ont des plaques de renfort en plastique, ce qui est impeccable pour la descente. Huggy a testé ce modèle et vous donne rendez-vous en page 3 de l’article pour avoir ses impressions.
  • Le modèle existe en différentes couleurs ; il est reconnaissable grace à sa boucle de spoiler avec levier en métal, sa boucle de cou de pied en plastique et ses lacets. “ROCES” est ecrit en gros au niveau du talon et le modèle est parfois écrit sur le spoiler. Les deux dernières photos montrent le modèle Chinois “Flying Eagle” :

 

Roces ASP 100

  • L’ASP100 est le successeur du SKT présenté ci-dessus ; il a été arrêté il y a peu et il coutait 220€. C’est le premier modèle probablement fabriqué en Chine, Huggy a retrouvé la même coque vendue en Chine sous la marque “Flying Eagle” et l’inscription “Made in Italy” du SKT100 a disparu. Il est très similaire à son prédécesseur ; reste à voir si la qualité n’a pas baissé avec le changement de lieu de production. il dispose encore de 2 boucles classiques et des lacets ; la boucle de spoiler est  à mémoire, c’est à dire qu’il n’y a pas besoin de refaire le réglage du serrage à chaque fois qu’on chausse. Les embases de la coque ont des plaques de renfort comme sur le SKT100.
  • Le modèle existe en noir et en orange ; il est reconnaissable grace à sa boucle de spoiler parfois en métal, sa boucle de cou de pied en plastique et ses lacets. “ROCES” est ecrit en gros au niveau du talon.

 

Roces Metropolis

  • C’est la 3ème génération des SKT, maintenant nommée Metropolis. Il coute 220€ et par rapport à ses prédécesseurs, les modifications sont principalement d’ordre esthétique (à noter également l’apparition d’un slider à l’avant de la coque). La boucle de spoiler est à mémoire (il n’y a pas besoin de refaire le réglage du serrage à chaque fois qu’on chausse) et est très solides d’après les retours utilisateur qu’a pu voir Huggy.
  • Le nom du modèle “Metropolis” est écrit sur le coté du spoiler et la marque “ROCES” est marquée au niveau du talon. Attention à ne pas le confondre avec le modèle Metropolis de Powerslide (également présenté sur cette page). La coque existe de la pointure 36 à la pointure 49, avis à ceux qui ont des grands pieds !

 

Roces Equinox

  • Ce modèle est une copie directe des Seba High carbone … quelle originalité de la part de Roces ! Les ressemblances sont frappantes et il est probable que les pièces sortent de la même usine … Ce modèle est vendu 380€ du fait de sa base en carbone, et il dispose des mêmes boucles de serrage que les Seba High ! Les articulations de spoiler sont en revanche différentes des Seba ; reste à voir si elles sont mieux concues.
  • Le modèle a deux boucles, dont une de type vitesse, un stap à l’avant et des lacets. “ROCES” est ecrit sur le coté et sur le strap.

 

Roces Lab

  • Ce modèle est similaire aux Equinox présentés ci-dessus, mais avec un design plus original, un spoiler différent et surtout une platine 4x100mm. La base est en carbone et l’entraxe de fixation est en 165mm (plusieurs possibilités de réglage, comme sur les Seba). Ils sont vendus 330€, donc moins chers que les Equinox …
  • Le modèle a deux boucles, de type vitesse, un stap à l’avant et des lacets. “ROCES” est ecrit sur le strap.

 

4.4/ Rollerblade

logo_rollerblade_01

Pionnier du roller en ligne avec Roces, Rollerblade était une marque américaine. Marque très inventive, Rollerblade détient probablement le record du nombre de modèles sortis. Rollerblade a été racheté par Tecnica en 2003 (ce dernier ayant conservé le nom Rollerblade).

  • Rollerblade possède une telle quantité de modèles à coque qu’il est impossible de tous les énumérer ici. Ceci dit, Huggy a quand même essayé de rassembler les principaux modèles et il va vous les présenter brillévement. Ensuite Huggy va s’attarder sur les 4 gammes de Rollerblade qui sont intéressantes pour la descente – du plus bas de gamme au plus haut de gamme – “Macro” (Macro, Spiritblade, Progress, Advance, Fusion, Maxxum), “Twister”, “E” (E2, E3, E4.2, E4.3, E4.4, E4.5, E5, E6, E7, E9, E pro) et “Fusion” (Fusion, Fusion MX, Fusion 10k).
  • L’ensemble des photos pour les Rollerblade est disponible sur notre gallerie ici et .
  • Les modèles Rollerblade sont plutot bons marchés : ils se négocient entre 10 et 45€ sur le marché de l’occasion, selon la gamme et l’état (les plus chers étant les Ex, les Fusion et les Twister). Les modèles Twister peuvent se négocier encore plus cher car ils sont récents et toujours fabriqués.
  • Les coques Rollerblade sont gravées en pointure Mondopoint, soit la longueur du pied en mm tout simplement ! C’est le meilleur système qui existe car il n’y a pas de conversion hasardeuse à faire : il suffit de mesurer la longueur de son pied, et prendre la taille de coque correspondante. Bon ce serait trop beau si tout était parfait, car certains modèles de Rollerblade taillent trop grand, mais nous verrons tout ca dans les tests détaillés. Voilà la table de correspondance pointure EU / pointure en cm pour Rollerblade (source : theskatenowshop.com). Normalement toutes les paires rollerblade sont vendues avec une étiquette collée sur chaque patin indiquant au moins la pointure EU, la pointure en cm, la pointure US (ou USw pour les modèles femme) et parfois la pointure UK. Dans 90% des cas, l’étiquette respecte le tableau de conversion ci dessous (ce qui signifie que vous pouvez retrouver la pointure de la coque à partir d’une pointure EU ou US) – méfiance tout de même, les vieille paires ne respectent pas forcément ce tableau, mais nous y reviendrons dans le descriptif de chaque paire).

pointures_rollerblade

Rollerblade Macroblade

  • Au moins 4 modèles : Macroblade, Macroblade ES, Macroblade Equipe, Macroblade Maxxum. Les Macroblade et Macroblade ES possèdent un système de fermeture par lacets + une boucle sur le spoiler. Les autres modèles possèdent 3 boucles en plastique. Attention : ne pas confondre les Macroblade et les Macro ! Les Rollerblade Macro sont de bonnes coques de descente, au contraire des Macroblade qui sont très vieux et pas du tout conseillés pour la descente, car ils n’ont même pas de spoiler articulé.
  • Les coques sont facilement reconnaissables à leur spoiler non articulé (pas de rivet pour l’articulation) et réglable en hauteur (2 positions). “Macroblade” est écrit à l’arrière du spoiler.

 

Rollerblade Bravoblade

  • Ces coques sont sorties en 1993 ! Au moins 4 modèles : Bravoblade, Bravoblade CTL, Bravoblade GL, Bravoblade GLX. Le Bravoblade de base possède un système de fermeture par lacets + une boucle sur le spoiler. Les autres modèles possèdent 3 boucles en plastique. Ces modèles sont très vieux et ils ne sont pas conseillés pour la descente, car bas de gamme, et adaptation d’une platine de descente difficile à réaliser.
  • Les coques sont reconnaissables grace à la forme de leurs boucles en plastique, et grace au marquage “Bravoblade” à l’arrière du spoiler.

 

Rollerblade Sparky

  • Ces coques sont très similaires au modèle Spiritblade présenté ci-dessous ; la seule différence se situant à priori au niveau du système de freinage (non articulé sur les Sparky). La fermeture se fait par 2 boucles plastique. Ces rollers ne sont pas du tout recommandés pour la descente ; ce sont des rollers vraiment bas de gamme avec un maintien approximatif du fait de l’utilisation de 2 boucles uniquement et accessoirement le fond de la coque n’est plat à l’avant (voir la photo).
  • Les coques sont reconnaissables grace à la présence de 2 boucles uniquement, et grace aux articulations de spoiler qui sont entourées de 6 ouvertures. “Sparky” est écrit à l’arrière du spoiler.

 

Rollerblade Spiritblade

  • Ces coques sont sorties à peu près en même temps que les Bravoblade, soit vers les années 1993. Il existe plusieurs modèles de Spiritblade et ils ne sont pas forcément très ressemblants … La fermeture se fait par 2 boucles plastique. Ces rollers ne sont pas du tout recommandés pour la descente ; ce sont des rollers vraiment bas de gamme avec un maintien approximatif du fait de l’utilisation de 2 boucles uniquement et accessoirement le fond de la coque n’est plat à l’avant.
  • Les coques sont reconnaissables grace à la présence de 2 boucles uniquement, et grace aux articulations de spoiler qui sont entourées d’ouvertures (3 ou 6 ouvertures selon les modèles). “Spiritblade” est écrit à l’arrière du spoiler.

 

Rollerblade Quantum

  • Modèle rare, Huggy ignore ce qu’ils valent pour la descente (ils paraissent un peu trop “aérés” pour être bien rigides).
  • Les coques sont facilement reconnaissables grace à la forme de leurs boucles.

 

Rollerblade Stradablade

  • Modèle assez similaire aux Bravoblade, les Stradablade sont tout aussi déconseillés pour la descente. Au moins 2 modèles : Stradablade et Super Stradablade. Le Stradablade de base possède des lacets et une boucle sur le spoiler. L’autre modèle possède 3 boucles en plastique.
  • Les coques sont reconnaissables grace à la forme de leurs boucles en plastique, et grace au marquage “Stradablade” à l’arrière du spoiler.

 

Rollerblade Nitroblade

  • Les Nitroblade possèdent un système de fermeture par 3 boucles en plastique. Ils ne sont pas spécialement recommandés pour la descente, du fait d’un montage pas aisé à faire et de boucles pas formidables.
  • Les coques sont facilement reconnaissables grace à la forme de leurs boucles et l’inscription en arc de cercle autour de l’articulation du spoiler.

 

Rollerblade Tangoblade

  • Modèle assez similaire aux Nitroblade, les Tangoblade possèdent un système de fermeture par 3 boucles en plastique. Ils ne sont pas spécialement recommandés pour la descente, du fait d’un montage pas aisé à faire et de boucles pas formidables.
  • Les coques sont facilement reconnaissables grace à la forme de leurs boucles et l’inscription en arc de cercle autour de l’articulation du spoiler.

 

Rollerblade Viablade

  • Modèle 1er prix un peu plus récent que tous les modèles présentés ci dessus, les Viablade sont des rollers fitness très courants de la fin des années 90 ; ils ont été déclinés en une multitude de versions (NXT, Highway 7, Parkway, S, TX7, …) et de couleurs. La forme de base est toujours la même : une coque avec 3 “branches” striées et 3 boucles. Le frein est fixe ou articulé selon les versions. Le confort est assez spartiate, le chausson est hyper fin et le maintien est approximatif, en grande partie à cause des boucles qui ne sont pas terribles. Huggy les a utilisés pendant quelques temps en descente et il ne les conseille pas vraiment, en effet les boucles tiennent mal et sautent quand on fait des slides ou même en poussant un peu trop fort. Accessoirement le montage d’une platine 5 roues est assez pénible à faire car le dessous n’est pas du tout plat (il faut couper les “branches” qui dépassent et faire des plaques aux formes tarabiscotées pour qu’elles se logent convenablement dessous). En revanche le poids plume de ces patins est un gros avantage en relance. En résumé, les Viablade peuvent être intéressants pour s’essayer à la descente, mais ne mettez jamais plus de 15€ dans une paire comme ca car ca ne vaut pas plus.
  • Les coques Viablade sont très facilement reconnaissables grace à leur forme 3 “branches” striées et à leurs boucles en plastique. Ils sont marqué “Viablade” ou “Via” à l’arrière du spoiler. Ils ont existé en une quantité de couleurs assez astronomique (les plus courants sont marrons ou noirs ; les verts sont très rares). Pour les petits pieds, ces coques existent en taille 23.5cm (mais elles restent très difficiles à trouver dans cette pointure là). Il existe également une version enfant des Viablade mais elle ne dispose que de 2 boucles au lieu de 3. Attention : les indications de pointure sur les Viablade sont assez folkloriques : si la pointure en cm est toujours juste, la correspondance entre la pointure EU et la pointure en cm est assez aléatoire selon les années ! Il ne faut donc se fier qu’à la pointure en cm et pas aux autres pointures indiquées.

 

Rollerblade Hydrus

  • Modèle à mi-chemin entre les Viablade et les Macro, il possède une coque similaire à celle des Macro et utilise des boucles de Viablade. Il est à priori sorti en l’an 2000. Huggy les a utilisés pendant quelques temps ; l’intérêt de ce modèle étant la coque peu ajourée et bien rigide. Ceci étant dit, les boucles sont des boucles de Viablade et elles sont mauvaises (cf la description ci dessus) ; pour faire un bon montage de descente à partir des Hydrus, il est donc nécessaire de remplacer les boucles par des boucles de ski par exemple (la modification est relativement aisée car les rollers sont peu ajourés). Tout comme pour les Macro, la transformation en montage “decente” nécessite également de poncer l’embase arrière et d’ajouter une cale (au moins à l’arrière). En résumé : ces coques peuvent convenir pour faire un montage de descente, mais Huggy ne les recommande pas plus que ca car il y a beaucoup de travail pour les modifier.
  • Ces coques sont reconnaissables grace à leurs boucles en plastique (et contrairement aux Viablade elles n’ont pas de coques à 3 “branches”). Elles sont marqué “Hydrus” à l’arrière du spoiler.

 

Rollerblade Macro

  • Sous cette dénomination, Huggy regroupe pas moins de 6 modèles qui utilisent exactement le même moule ; les modèles se nomment Macro, Spiritblade, Progress, Advance, Fusion et Maxxum (classement du plus bas de gamme au plus haut de gamme). Les différences se situent au niveau du chausson, des platines et du frein. Etant donné que les platines et le frein sont enlevés pour faire un montage de descente, la seule différence entre ces modèles se situera au niveau du chausson. Sortis au début des années 2000 (probablement en 2000 pour les Macro originaux) et produits jusqu’en 2003 (Fusion), ces rollers sont un excellent choix pour faire un montage de descente, et Huggy les a bien sur testés en détail ; voir le chapitre correspondant. Ces rollers se négocient entre 15 et 30€ d’occasion selon le modèle et l’état. Ce sont des rollers fitness des années 2000 qui étaient vendus entre-autres chez Decathlon et qui coutaient aux alentours de 100€ à 120€ neufs (dépend des versions : jusqu’à 180$ pour les Maxxum avec platine alu) ; ils sont donc extrêmement courants et faciles à trouver.
  • Pour s’y retrouver, Huggy vous a concocté un pannel des différents modèles qui existent, du plus bas de gamme au plus haut de gamme. La rangée du bas montre les modèles homme, celle du haut les modèles femme. De gauche à droite les modèles sont Macro, Spiritblade, Progress et Fusion (les platines 5 roues sur les Macro et les Spiritblade ne sont bien sur pas d’origine). Les modèles femme sont identifiés avec un W (= Women) après ou avant le nom du modèle. Hormis les couleurs, Huggy n’a jamais constaté de différences entre les modèles homme et les modèles femme.

Il manque 2 modèles sur ces photos : les Advance (= Progress avec un frein articulé et un chausson de Progress W) et les Maxxum (sorte de Fusion avec une platine en aluminium et un chausson spécifique). Ces deux modèles sont ultra rares (Huggy ne les possède même pas !) et ils n’apportent rien en descente vu qu’on enlève le frein et les platines ! Ci dessous des photos de ces deux modèles, en version homme et femme respectivement.

La gamme Macro se reconnait facilement grace à ses boucles qui ont une découpe au centre du levier. Ils ne doivent pas être confondus avec la série “E” qui est assez similaire visuellement. Il est facile de faire la différence entre les deux : les Macro ont un logo rouge ou gris en forme de demi-lune sous l’articulation du spoiler ; les Ex n’ont pas ce logo en forme de demi-lune. Voici les astuces d’Huggy pour différencier les modèles à l’intérieur de la gamme Macro :

- Macro : couleur noir, chausson bleu (seul modèle à avoir le chausson bleu), logo rollerblade en plastique
- Macro W : couleur gris-bleu, chausson noir, boucles toutes noires (seul modèle à avoir les boucles entièrement noires), logo rollerblade en plastique
- Spiritblade : couleur noir, chausson gris, logo rollerblade gris
- Spiritblade W : couleur gris clair, boucles grises et noires (donc différent des Macro W), chausson noir, logo rollerblade gris
- Progress : couleur bleu-nuit, tige du chausson entièrement rouge (seul modèle comme ca), partie basse du chausson grise, logo rollerblade en caoutchouc rouge
- Progress W : couleur gris foncé, chausson noir avec des incrustations de rouge, logo rollerblade en caoutchouc rouge
- Advance : identique au Progress W, mais avec un frein articulé
- Advance W : couleur gris clair, chausson noir avec des incrustations de rouge, logo rollerblade en caoutchouc rouge, frein articulé
- Fusion : couleur bleu-nuit, tige du chausson bicolore rouge et noire, partie basse du chausson noire, logo rollerblade en caoutchouc rouge, frein articulé
- Fusion W : couleur bleu-ciel, tige du chausson bicolore grise et noire, partie basse du chausson noire, logo rollerblade en caoutchouc rouge, frein articulé
- Maxxum : couleur gris foncé, platine en aluminium (seul modèle à posséder une platine en métal), chausson noir avec des incrustations de gris, frein articulé
- Maxxum W : couleur bleu-ciel, platine en aluminium (seul modèle à posséder une platine en métal), chausson noir avec des incrustations de bleu, frein articulé

Les chaussons des véritables Macro sont très fins et pas forcément très confortables du coup. Les autres modèles de la gamme sont mieux car plus épais et plus agréables. Les chaussons des Fusion sont particulièrement réussis ; bien sur ce sont aussi les plus durs à trouver … Un bon compromis dans la gamme Macro est donc les Spiritblade : faciles à trouver, avec un chausson confortable.
Huggy a dit que tous les modèles de la gamme Macro étaient identiques à part le chausson. En fait c’est pas 100% exact : les modèles sans frein articulé ont un blocage du spoiler vers l’arrière (le spoiler ne peut pas être plié vers l’arrière – rollerblade a fait ca afin de pouvoir lever facilement l’avant du patin pour freiner), alors que les modèles avec frein articulé (Advance, Fusion et Maxxum) n’ont pas de blocage à l’arrière (afin de pouvoir appuyer correctement sur le système de freinage). Au final ca ne change pas grand chose, mais certains Huggy aiment bien avoir le blocage arrière pour pouvoir prendre appui dessus lors du déclenchement des slides … et d’autres Huggy aiment bien ne pas avoir de blocage arrière pour pouvoir patiner plus librement !

 

Rollerblade E

  • La série “E” de chez Rollerblade comporte une multitude de modèles nommmés E2, E3, E4.2, E4.3, E4.4, E4.5, E5, E6, E7 TI, E9 et E Pro ! Dans toutes ces déclinaisons, certaines sont très rares ; en fait les seules versions courantes sont les E4.2, E5, E3 et E7 TI (du plus courant au moins courant). Les différences entre tous ces modèles se situent au niveau des platines, du système de freinage, des chaussons et du spoiler. Etant donné que les platines et le frein sont enlevés pour faire un montage de descente, les seules différences qui vont nous intéresser se situeront au niveau du chausson et du spoiler. Sortis en 1998 (E4.4 & E Pro) et produits jusqu’en 2003, ces rollers sont un excellent choix pour faire un montage de descente, et Huggy les a bien sur testés en détail ; voir le chapitre correspondant. Ces rollers se négocient entre 20 et 45€ d’occasion selon le modèle et l’état. Ce sont des rollers “vitness” des années 2000, plutot haut de gamme (prix de vente aux alentours de 200€ ; 280€ pour les E4.4).
  • Les coques de la série “E” ressemblent (un peu) à celles de la gamme Macro. Huggy va donc vous donner quelques astuces pour les reconnaitre au 1er coup d’oeil ! Tous les modèles de la série “E” ont 3 boucles avec un levier gris percé en son centre (comme les Macro), et contrairement aux Macro, la série E a 2 petites ouvertures entre chaque boucles et elle n’a pas de logo en forme de demi-lune sous l’articulation de spoiler. Comme d’habitude chez rollerblade, le nom du modèle est marqué à l’arrière en haut du spoiler (voir la dernière photo). Voici en image la comparaison entre une paire de la série Macro (2 ème photo) et deux paires de la série E (de part et d’autre) :

(Notez les deux types de boucles utilisées sur la série E : l’une a un levier avec un large trou en son centre, l’autre a une petite ouverture en son centre et deux stries sur les cotés. Ces deux types de boucles sont toujours en aluminium ! (contrairement aux Macro où elles sont toujours en plastique))

  • Pour s’y retrouver, Huggy va vous présenter tous les modèles de la série “E”, en détaillant les spécificités de chaque modèle.
E2 :

Ce modèle vous pouvez l’oublier, en effet, il n’a quasiment pas existé et c’est le modèle le plus bas de gamme. C’est le seul modèle de la gamme E à utiliser des boucles en plastique. La platine est également en plastique, le spoiler utilise des ressorts de rappel et le frein est de type classique non articulé.

E3 :

Ce n’est pas le modèle le plus courant, mais il est trouvable en étant un peu patient. On le reconnait grace à son frein à levier, sa platine en plastique et à la large ouverture dans ses boucles. C’est un modèle particulièrement intéressant en descente car il n’a pas de ressorts au niveau du spoiler et le chausson est de très bonne facture (meilleur que sur les E4.2) avec entre-autres des emplacements pour les malléoles. Le modèle homme est bicolore gris bleu / gris foncé ; le modèle femme est noir. Pour les petits pieds, ce modèle existe en taille 23,5cm (mais très très difficile à trouver).

E4.2 :

C’est le modèle le plus courant, on le trouve facilement. On le reconnait grace à son frein relié au spoiler par une tige, sa platine en plastique, ses ressorts de rappel à l’arrière du spoiler, au liserai jaune en haut de ses chaussons et à ses boucles striées. C’est le modèle le plus bas de gamme de la série “E” (exception faite de l’anecdotique modèle E2) ; il est intéressant en descente, mais par rapport aux autres modèles de la gamme, le chausson est moins bien (pas d’emplacement pour les malléoles, pas de renfort spécifique) et les ressorts de rappel du spoiler peuvent s’avérer handicapants pour la flexion (on peut heureusement les enlever sans trop de problèmes). Le modèle homme est bicolore vert foncé / noir ; le modèle femme est noir. Il existe également une troisième version très très rare qui est bicolore orange / bleu (voir la dernière photo). Certaines modèles intègrent une rehausse de spoiler (rare), voir la dernière photo. Les E4.2 commencent à la taille 23.5cm et existe au moins jusqu’à 32cm.

E4.3 :

Ce modèle est un modèle fantome qui n’existe probablement que sur le site de Rollerblade et vous pouvez l’oublier. Ce modèle – s’il a existé – utilisait des boucles avec une large ouverture sur le levier, une platine en aluminium et pas de système de freinage articulé.

E4.4 :

Modèle rare ; il fait partie des premiers sortis on ne le trouve pas facilement. On le reconnait grace à ses boucles striées, son frein de type classique (non articulé), sa platine en aluminium, son réglage de l’inclinaison du spoiler (“Latéral canting” inscrit autour de le l’articulation, avec deux ronds blanc de part et d’autre), ses ressorts à l’arrière du spoiler, et à sa réhausse en haut du spoiler (voir photo). Ce modèle est particulièrement intéressant en descente car il cumule quasiment tous les avantages de la série E : chausson très haut de gamme (tressage métallique ! cf photo), réhausse de spoiler à l’arrière (voir photo) et réglage de l’inclinaison du spoiler. Les ressorts à l’arrière du spoiler peuvent être handicapants pour la flexion, mais heureusement on peut les supprimer. Ce modèle est l’un des très rares de la série E à avoir un blocage de l’inclinaison arrière du spoiler (cf la dernière photo) ; ce blocage peut toujours être supprimé pour ceux qui n’aiment pas. Il n’y a pas de distinction modèle homme – femme, mais le modèle orange / noir était probablement destiné aux hommes et le bleu nuit / noir aux femmes.

E4.5 :

Modèle anecdotique ; Huggy n’en a vu en vente qu’une seule paire en 5 ans ! On le reconnait grace à ses boucles striées, relié au spoiler par une tige, sa platine en aluminium, son réglage de l’inclinaison du spoiler (“Latéral canting” inscrit autour de le l’articulation, avec deux ronds blanc de part et d’autre). Huggy ignore si ce modèle a des ressorts de rappel à l’arrière du spoiler.

E5 :

Modèle relativement courant, c’était la version plus haut de gamme des E4.2. On le reconnait grace à son frein relié au spoiler par une tige, sa platine en aluminium, ses ressorts de rappel à l’arrière du spoiler et à ses boucles striées. Il est intéressant en descente ; similaire au E4.2, mais le chausson est de meilleure qualité. Les ressorts de rappel du spoiler peuvent s’avérer handicapants pour la flexion (on peut heureusement les enlever sans trop de problèmes). Le modèle homme est bicolore gris / noir ; le modèle femme est bleu-nuit. Pour les petits pieds, ce modèle existe en taille 23,5cm (mais très très difficile à trouver) et existe au moins jusqu’à 32cm.

E5 v2 :

Modèle faisant partie des derniers sortis, il ressemble à s’y méprendre à un E7, sauf qu’il est estampillé E5 ! La seule différence qu’a pu relever Huggy entre le E7 et le E5 “v2″ se situe au niveau du chausson : le chausson du E5 “v2″ n’a pas d’aération en haut de la tige, alors que le E7 en a une. Dans tous les cas, ce E5 “v2″ est bien plus proche d’un E7 que d’un E5, puisqu’il a un frein à levier, une platine en métal avec une cale entre la platine et la coque au niveau, de larges ouvertures dans ses boucles et pas de ressorts pour le spoiler. Comme d’habitude, le modèle est écrit à l’arrière du spoiler, mais contrairement à la première version, le logo de la version 2 est dessiné avec un gros “5″.

E6 :

Modèle anecdotique ; Huggy n’en a jamais vu en Europe mais il s’est probablement vendu dans les pays asiatiques par exemple. On le reconnait grace à ses boucles non striées, sa platine en aluminium, et son frein classique (non articulé). Ce modèle est relativement intéressant en descente, car il n’a pas de ressorts de rappel du spoiler et il a un blocage arrière du spoiler (qui peut toujours être supprimé). Le chausson est bicolore, ce qui montre généralement qu’il est plutot haut de gamme.

E7 TI :

Ce n’est pas le modèle le plus courant, mais il est trouvable en étant un peu patient. L’appellation “TI” a été donnée car la platine serait faite avec un alliage de titane … On le reconnait grace à son frein à levier, sa platine en métal, la cale entre la platine et la coque au niveau du talon (voir la dernière photo), et à la large ouverture dans ses boucles. En fait, à part les platines, ce modèle est quasiment identique aux E3, et c’est un modèle particulièrement intéressant en descente car il n’a pas de ressorts au niveau du spoiler et le chausson est de très bonne facture avec entre-autres des emplacements pour les malléoles. Le modèle homme est bicolore gris / noir ; le modèle femme est entièrement gris.

E9 :

Modèle quasiment introuvable. Il a pour spécificité d’utiliser une platine en carbone ! On le reconnait grace à sa platine carbone, ses boucles non striées et son absence de frein. Ce modèle est intéressant en descente, car il n’a pas de ressorts de rappel du spoiler. Huggy ignore si ce modèle possède un blocage pour l’inclinaison arrière du spoiler. Si ce n’est pas le cas, alors la coque est identique à celle des E3 & E7 ; seul le chausson parait plus haut de gamme. A noter que ces coques sont utilisées par Daniel Ladurner.

E Pro :

Modèle très très rare ; il fait partie des premiers sortis (en même temps que les E4.4). Tout comme le E9, ce modèle utilise une platine en carbone, mais d’un modèle différent. On le reconnait grace à sa platine en carbone, ses boucles striées, son frein relié au spoiler par une tige, son réglage de l’inclinaison du spoiler (“Latéral canting” inscrit autour de le l’articulation, avec deux ronds blancs de part et d’autre), ses ressorts de rappel à l’arrière du spoiler, et à sa réhausse en haut du spoiler (idem E4.4). Ce modèle est intéressant en descente car il possède une réhausse sur le spoiler, le chausson est probablement très haut de gamme avec un tressage métallique comme sur les E4.4, et l’inclinaison latérale du spoiler se régle. Contrairement au E4.4, ce modèle n’a en revanche pas de blocage de l’inclinaison arrière du spoiler.

 

  • En résumé, dans la gamme E, Huggy choisirait par ordre de préférence : E4.4 (quasi introuvable mais parfaits à part les ressorts), E7 / E3 (pas de ressort, bon chausson), E5 (bon chausson, mais ressorts), E4.2 (facile à trouver).
  • Attention au choix de la pointure : la série E taille très grand et les pointures EU indiquées sur les étiquettes ne sont pas fiables (seule la pointure en cm est toujours juste). Voir le test détaillé du E4.2 pour plus de détails.
  • Note : seuls les modèles E2, E4.3, E4.4, E6 et peut être E9 ont un blocage de l’inclinaison arrière du spoiler (le spoiler ne peut pas être incliné vers l’arrière). Comme dans tous ces modèles, seul le E4.4 est trouvable, si vous voulez avoir un blocage arrière dans la série E, il faut trouver des E4.4 !

 

Rollerblade Fusion

  • Sortis en 1996 – modèle de référence à l’époque – 17 ans plus tard ces rollers restent un modèle mythique pour la descente et Huggy les a bien sur testés en détail ; voir le chapitre correspondant. Il existe deux versions de ces rollers : les Fusion et les Fusion MX ; le dernier étant le plus haut de gamme : il possède en plus un réglage micrométrique sur les boucles, et un réglage de l’inclinaison latérale du spoiler.
  • Les coques sont reconnaissables grace à leurs boucles brillantes (noires en général), grace aux articulations de spoiler ovales sur le coté extérieur du patin, et grace aux crémaillères métalliques sur le coté intérieur des patins. La version MX possède une molette de réglage sur chaque boucle et un réglage de l’inclinaison du spoiler “latéral canting” (c’est le seul modèle Rollerblade à avoir ces 2 caractéristiques). Comme d’habitude chez Rollerblade, le nom du modèle est écrit à l’arrière du spoiler. Les Fusion ont existé en une multitude de couleurs, mais la version toute noire est de loin la plus courante.

  • Pour la petite histoire, voilà le communiqué officiel de la sortie le 4 février 1996 :

” February 4, 1996

Rollerblade, Inc. Introduces High-Performance Fusion Line

Minnetonka, Minn. — Rollerblade, Inc. has introduced a high-performance skate line, designed for the serious fitness skater. The FusionTM line features three models that focus on advanced comfort fit and technology.

“We’ve addressed every issue that serious skaters consider important in a top- performing in-line skate,” said Noel Shadko. Rollerblade’s senior vice president of marketing and strategic planning. “The Fusion line features a highly customized fit and maximum ventilation so feet stay cool when skating many miles at a stretch.”

The Fusion line has numerous technical innovations that affect every aspect of the skates, from the shells and liners to the frames and wheels. The three models include: the FusionTM 10KTM, a five-wheel model for the serious fitness skater who logs many miles, featuring a pulley-lace closure system: the FusionTM MXTM, with an extended four-wheel frame designed for an advanced fitness skater who is looking for highly customizable fit and performance features: and the FusionTM, a high- performance skate that offers a 45-degree heel lock for a better performance fit.

All three models include a Flow-through Ventilation SystemTM (FTV), which provides cooling and venting capabilities throughout the entire skate; Rollerblade’s first overlap shell design providing smooth, uniform closure throughout the forefoot; and a multi- adjustable frame, maximizing a skater’s stroking efficiency.

The Fusion line of skates will carry suggested retail prices of $399 for the Fusion 1OK. $339 for the Fusion MX, and $289 for the Fusion. and will be available early 1996.

Rollerblade, Inc., headquartered in Minnetonka, Minn., is the founder and leader of the in-line skating industry. ”

 

Rollerblade Fusion 10k

  • A la manière des Tecnica Marathon qui sont des CT sans spoiler, les Fusion 10k sont des Fusion sans spoiler ! Chaussons de vitesse de l’époque (1996, …), vendus 400$ (prix public), ces chaussons sans spoiler sont bien sur totalement inadapté pour la descente ; mais ils sont appréciés des quadeurs ! Huggy les présente briévement pour que vous les différenciez des Fusion classiques. A noter que le système de lacage est hyper bien concu : chaque passant intègre une petite poulie, ce qui permet au lacet de “coulisser” très très librement. Il en résulte un serrage hyper efficace malgré l’utilisation de lacets !
  • Ces Fusion 10k sont reconnaissable à leur platine 5 roues en aluminium anodisé couleur or, à leur absence de spoiler et à leur lacets (seul modèle de fusion à utiliser des lacets).

 

Rollerblade Fusion X3, X5, X7

  • C’est un modèle qui existe en 2013 et qui a repris le nom des mythiques fusion de 1996 … malheureusement, il n’y a que le nom qui est resté, et le reste fait assez pâle figure à coté des fusion : lacets, strap, une seule boucle, aucun renfort pour la rigidité, …. C’est un modèle dans l’air du temps, concurrent des rollers freeskate des autres marques (Seba, Powerslide, Fila, …), avec un spoiler qui a très peu de flexion. Par rapport aux concurrents, ce modèle est UFS et les retours sont assez bons quant à la solidité globale. Ce modèle a été utilisé en descente, notamment par l’Allemand Moritz Nörl ; il n’empêche qu’il n’a pas grand chose d’attrayant pour la descente (l’UFS n’arrangeant rien, car il empêche de fixer facilement des platines standards), et que Huggy est un peu irrité par le fait que Rollerblade ait gardé le nom des Fusion de 1996 pour un modèle qui n’a final rien en commun avec son mythique prédecesseur.
  • Il existe au moins 3 version nommées X3, X5 et X7 ; les différences se situent – entre autres – au niveau des systèmes de fermeture. Les X3 sont vendus 160€, les X5 200€ et les X7 230€.

 

Rollerblade Twister

  • Lors du rachat de Rollerblade par Tecnica, un seul modèle a été transféré de la gamme Tecnica vers la gamme Rollerblade : le Twister. Modèle très apprécié des slalomeurs, les Twister originaux de Tecnica n’avaient pas de spoiler (cf la section Tecnica Twister de notre article), et les premiers Twister de Rollerblade ont conservé cette spécificité (ce ne sont donc pas les plus intéressants pour la descente). A partir de 2006, les Twister se dotent d’un spoiler, et les Twister actuels (2013) sont restés très similaires. Huggy a utilisé les Twister en descente pendant quelques temps et d’autre personnes les utilisent également en descente ; pour ces raisons, et parce qu’ils sont toujours fabriqués, Huggy les a testé en détail, voir la rubrique correspondante.
  • La gamme Twister comporte donc une multitude de modèles que nous allons rapidement énumérer ici :

- Ci dessous : Twister plus de 2003, Twister plus de 2004, Twister XV (bleus ou orange) de 2005 :

Tous ces modèles ont la spécificité de ne pas comporter de spoiler. Les modèles 2003 et 2004 sont quasiment identiques au modèles Tecnica. A partir de 2005, une coque très ajourée fait son apparition ; elle n’est pas très bien acceuillie car elle est moins rigide que l’ancienne, et le chausson a une couture très désagréable qui passe au niveau de la malléole.

- Ci dessous : Twister II pro de 2006 (noir ou orange), Twister III pro de 2007, Twister 243 de 2009, Twister 231 de 2010 et Twister LE de 2013 :

A partir de 2006, un spoiler (démontable) fait son apparition. Les coques sont quasiment inchangées en 2013. La boucle du spoiler des Twister 2006 a la facheuse tendance à perdre son ressort et du coup les rollers font un bruit de crécelle quand on roule (mais la boucle reste fonctionnelle). Le modèle 2007 se dote d’une boucle métallique au niveau du cou de pied. Le modèle 2009 corrige enfin le problème de la boucle de spoiler (et du coup elle est tout en plastique). Sur le modèle 2010, la boucle du cou de pied redevient en métal ; enfin, le modèle 2013 voit l’apparition de nouvelles couleurs (modèle Twister LE ; le modèle Twister 80 reste noir).

Merci à Thias de wikinline.net pour toutes ses photos !

  • Huggy a donc testé le modèle 2006 en détail et vous invite à voir la section correspondante pour avoir son avis sur les Twister …

 

4.5/ Rossignol

logo_rossignol_01

Arrivé relativement tard sur le marché du roller, le fabricant francais Rossignol a su sortir des modèles de qualité avec un modèle phare : le mythique Rossignol Descender. Après avoir arrêté ses meilleurs modèles, Rossignol se fait racheter par l’américain Quicksilver en 2005 ; date qui correspond à peu près à l’arrêt de la fabrication de rollers par Rossignol … En 2007, une nouvelle marque se crée sous la dénomination Ukan-Michelin ; Ukan reprend une partie de la gamme Rossignol, mais malheureusement pas les Descender. Ukan n’a pas duré longtemps et a été racheté par Head fin 2009. En 2013 Head (Autriche) vend toujours des rollers, mais rien de vraiment intéressant pour la descente.

  • Huggy va vous présenter les différentes coques de Rossignol qui sont plus ou moins utilisables en descente : “Outlander”, “Exclusive”, “Distance”, “Bandit”, “Roadster” et “Descender”. Ensuite Huggy a testé en détail deux modèles : les fameux “Descender” et les “Distance”.
  • L’ensemble des photos pour les Rossignol est disponible sur notre gallerie ici et .
  • Les modèles Rossignol sont plutot bons marchés : ils se négocient entre 10 et 40€ sur le marché de l’occasion, selon la gamme et l’état. Il y a quand même une exception notoire : les Descender sont très recherchés et se négocient en moyenne aux alentours de 140€.
  • Les coques Rossignol sont gravées en pointure Mondopoint, soit la longueur du pied en mm tout simplement ! C’est le meilleur système qui existe car il n’y a pas de conversion hasardeuse à faire : il suffit de mesurer la longueur de son pied, et prendre la taille de coque correspondante. Rossignol marquait directement ses pointures en cm sur les boites ; il n’y avait pas la pointure EU. Huggy vous a trouvé une table de conversion Rossignol, mais pour les chaussures de ski … elle est donc à prendre avec des pincettes pour les rollers (encore une fois, le mieux est de travailler uniquement en pointure cm, ca évite tous les problèmes). Normalement toutes les paires Rossignol sont vendues avec une étiquette collée sur l’avant de la coque avec la pointure en cm. Si cette étiquette n’y est plus, se reporter au descriptif détaillé des Descender pour savoir comment retrouver la pointure de la coque.

pointures_rossignol

Rossignol Outlander

  • Modèle coque le plus bas de gamme de chez Rossignol, avec 3 boucles et un système de crémaillére en plastique directement moulé sur la coque. Elles existent au moins en 3 couleurs : noir, blanc et bleu-gris. Ces coques ne sont pas du tout recommandées pour la descente : le spoiler maintient mal, le système de boucles n’est pas terrible, et Huggy n’est même pas sur que la platine soit prévue pour être enlevée.
  • Les coques sont facilement reconnaissables à la forme de leurs boucles (spécifiques à ce modèle) et aux crémailléres directement moulées dans la coque. “Outlander” est écrit sur le coté extérieur de la coque.

 

Rossignol Exclusive

  • Modèle coque bas de gamme de chez Rossignol, avec 3 boucles en plastique. Ce modèle utilise la même forme de moule que les Descenders pour la coque (le spoiler quant-à lui est légèrement différent). Ces coques sont utilisables en descente, mais ca reste du 1er prix avec un chausson bas de gamme et des boucles très fragiles (elles cassent souvent lors des chutes). Bref, mieux vaut éviter de les acheter, mais si vous en avez, vous pouvez les utiliser. Dans tous les cas ne mettez pas plus de 15€ dans ce modèle. Le montage d’une platine 5 roues peut se faire directement, mais comme d’habitude, Huggy recommande vivement de mettre des plaques, au moins à l’arrière, car la base des Rossignol n’est pas très rigide.
  • Les coques sont facilement reconnaissables grace au gros “EXCLUSIVE” marqué à l’avant de la coque. A priori ce modèle est toujours noir.

 

Rossignol Distance

  • Modèle coque très courant de chez Rossignol, avec 3 boucles. Il y a une multitude de déclinaisons de ce modèle, tant au niveau des couleurs que des formes et … c’est un peu le foutoir ! Huggy a essayé de vous retrouver tous les modèles de Distance, mais il en manque, et parfois Huggy se demande si les pièces n’étaient pas montées au hasard tellement cette gamme semble anarchique. Les modèles se nommaient “Distance”, “Distance SX”, “Distance RX”, et “Distance GE”. Tous ces modèles utilisent la même forme de moule que les Descenders pour la coque. Pour le spoiler, ca dépend des modèles : la plupart utilisent le spoiler facon Exclusive, mais les Distance RX (et certains Distance et Distance SX aussi) utilisent un spoiler facon Descender avec le renfort en forme d’accordéon. Pour les boucles, là ca devait être selon l’hummeur des employés … seuls les Distance RX semblent toujours utiliser un levier en aluminium et une boucle en plastique ; mais pour les autres modèles, c’est variable : généralement tout en plastique, mais parfois levier en aluminium et boucle en plastique. Idem pour les chaussons, beaucoup de variantes, mais là Huggy ne pourra même pas vous dire lesquels sont les mieux. Ces coques sont utilisables en descente, et Huggy a testé le modèle Distance GE en détail, voir le chapitre correspondant. Du fait des boucles fragiles, mieux vaut privilégier la version avec le levier en aluminium. Le montage d’une platine 5 roues peut se faire directement, mais comme d’habitude, Huggy recommande vivement de mettre des plaques, au moins à l’arrière, car la base des Rossignol n’est pas très rigide.
  • Les coques sont reconnaissables grace au “Distance” marqué sur fond dégradé à l’avant de la coque. Les modèles les plus anciens n’ont pas le marquage à l’avant, mais à l’arrière, au niveau du talon. Pour s’y retrouver, Huggy vous met quelques images et une description plus détaillée des différents modèles.
Distance :

C’est le modèle le plus basique, il a le marquage “Distance” à l’arrière (modèles les plus vieux) / sur le devant, des boucles avec levier en aluminium (modèles les plus vieux uniquement), et une platine basique tout en plastique. Le spoiler peut être des deux types. Ce n’est pas le modèle le plus courant.

Distance SX :

Modèle très similaire aux Distance basiques … Huggy ignore les différences entre les deux modèles ! Il a le marquage “Distance SX” à l’avant, sur fond dégradé. Les boucles sont généralement tout en plastique, mais peuvent aussi avoir un levier en aluminium. Les platines sont du type basique tout en plastique. Ce modèle est le plus courant.

Distance RX :

Modèle facilement reconnaissable grace à la pièce en métal au milieu de ses platines (pièce qui permettait d’avoir un montage en banane des roues en la décalant vers l’avant). Ce modèle utilise un spoiler différent, avec le renfort en accordéon facon “Descender”. Les boucles sont à priori toujours en métal. Ce modèle est plus rare que les deux autres déjà cités.

Distance GE :

Modèle facilement reconnaissable grace à la combinaison platine articulée facon “Descender” mais tout en plastique + spoiler facon “Exclusive” (ie sans renfort). C’est le modèle qu’a testé Huggy dans son comparatif. Ce modèle est plutot rare.

 

Rossignol Bandit

  • Modèle milieu de gamme de chez Rossignol comportant 3 boucles avec levier en métal et utilisant le même moule que les Descender. Les Bandit utilisaient également le même plastique vert translucide des Descender (mais pas toujours). En fait tout comme pour les Distance, c’est un peu l’anarchie au niveau des variantes du modèle Bandit … Ces coques sont utilisables en descente, et sont finalement assez proches des Descender (Chausson, plastique, forme du spoiler, …). A la différence des Descender, il n’y a pas de boucle tout en aluminium, pas de strap en haut du spoiler, et pas de plaques sur le dessus du pied.
  • Pour les reconnaitre : en général, les Bandit sont de couleur vert translucide, ont une platine tout en plastique articulée facon “Descender” (la fameuse agrafeuse), ainsi qu’un spoiler avec le renfort en forme d’accordéon et des boucles avec levier en métal. Mais ce serait trop beau s’il n’y avait pas des variantes, et Huggy a trouvé des Bandit avec des platines tout en aluminium tout comme les Descender, et d’autres Bandit de couleur bleu translucide, avec une platine inconnue au bataillon … Heureusement pour les reconnaitre, le modèle “BANDIT” est toujours écrit en gros sur l’avant de la coque.

 

Rossignol Roadster

  • Modèle relativement haut de gamme chez Rossignol (gamme juste en dessous des descender) comportant 3 boucles avec levier en métal et utilisant le même moule que les Descender. Il existe deux variantes : les “Roadster” et les “Roadster SX” ; Huggy ignore la différence entre les deux. Ce modèle comportait toujours une platine articulée avec le support de roues en aluminium et l’embase en plastique. Le chausson est de bonne facture sur ce modèle, et même souvent meilleur que sur les Descender. Les deux types de spoiler existent : le spoiler facon “Exclusive” (le plus rare) et le spoiler facon “Descender” avec ses renforts en forme d’accordéon. Ces coques sont utilisables en descente, et sont finalement assez proches des Descender. A la différence des Descender, il n’y a pas de boucle tout en aluminium, pas de strap en haut du spoiler, et pas de plaques sur le dessus du pied.
  • Pour les reconnaitre : la platine est en aluminium + plastique (seul modèle comme ca). Les Roadster comportent également toujours des boucles avec levier en aluminium, et utilisent parfois des couleurs atypiques (boucles et platines anodisées en orange par exemple). Le modèle “Roadster” est généralement inscrit à l’avant de la coque, et parfois à l’arrière sur le talon. Comme en atteste la deuxième photo, la pointure des Roadster commence à 22cm, soit environ 34-35 ! Avis à ceux qui ont de touts petits pieds, Rossignol était le seul à faire des pointures aussi petites (mais c’est absolument introuvable dans cette taille là …). En revanche, la taille 23cm est trouvable dans les différents modèles Rossignol ; c’est mieux que rien.

 

Rossignol Descender

  • Modèle mythique pour la descente, c’est le modèle que tout le monde cite quand on parle de rollers de descente. Huggy a bien sur testé en détail les Descender, et vous invite à voir le paragraphe correspondant pour avoir les résultats. C’était le modèle le plus haut de gamme de chez Rossignol, sorti en 1997 et produit jusqu’en 2003. Il était doté d’une platine articulée (pour absorber les chocs) tout en aluminium ; la platine était surnomée l’agrafeuse, en raison de sa forme. La platine était munie de 4 roues de 78 ou 80mm (en général), et pas n’importe lesquelles : des excellentes Hyper Downhill avec leur noyau à pointes (voir photo). Le team Rossignol utilisait également une agrafeuse, mais en version 5 roues de 80mm. Des plaques de renfort spécifiques (en immitation carbone) étaient montées le dessus du pied. Les boucles facon coque de ski sont entièrement en aluminium / acier et il y a un strap en haut du spoiler. Les Descender sont bien sur très adapté à la descente, mais ils sont aussi très recherchés et donc se vendent cher (prix moyen à 140€ pour une paire en bon état).
  • Pour les reconnaitre : la platine est articulée et en aluminium, les roues sont des Hyper Downhill / Descent, les boucles sont tout en métal, il y a un strap en haut du spoiler ; le spoiler et le dessus du pied sont renforcés avec des plaques en immitation carbone. Les descender existent au moins en pointure 24cm (peut être même 23cm, mais Huggy n’en a jamais vu).

(Merci à Thias de wikinline.net pour la photo !)

Rossignol Descender II

  • Ce modèle n’est pas un mythe : le Descender II a bel et bien existé (le nom du modèle est écrit sur la languette) ; sorti en 2004, ce modèle a même probablement participé au déclin de Rossignol … comment Rossignol a t’il pu abandonner le mythique Descender pour le remplacer par un modèle aussi insipide ? Vous l’aurez compris, ce modèle est à oublier complètement en descente : soft boot, boucles fragiles (que deux boucles en plus), lacets, platine montée trop en avant, … La seule chose récupérable sur ce modèle c’est la platine 5x84mm Descender et les roues Hyper.
  • Pour les reconnaitre : la platine est estampillée “Descender” et les roues sont des Hyper +Grip bleues en 84mm 83A.

 

Rossignol Freeroad / U-Kan Freeride

  • Ce modèle était surtout apprécié pour sa platine très solide. Certains l’ont utilisé en descente, malgré le fait que ce soit une soft-boot et pas une coque. La version II est préférable, car elle a 2 boucles et elle est plus rigide.
  • Pour les reconnaitre : la platine est estampillée “Free Road”. La version 1 a un scratch au niveau du cou de pied et une boucle à levier au niveau du spoiler. La seconde version a deux boucles micrométriques. Le modèle a été repris par U-Kan sous le nom “freeride”, avec une platine identique, mais anodisée noire (voir la dernière photo).

 

4.6/ Roxa

logo_roxa_02Roxa est une petit entreprise (SARL) méconnue qui a commencé son activité en 1980 avec la fabrication de chaussures de ski. La division roller et patins à glaces est apparue en 1992. Roxa est l’une des dernières marque (si ce n’est la dernière marque) à maitriser sa production de rollers de bout en bout, puisque tout est concu et fabriqué en Italie. Il y a quelques images ici : http://www.roxaskates.it/company/production.html.

  • Ce sont les modèles relativement récents qui sont intéressants chez Roxa ; Huggy va vous présenter 4 modèles : Comp, X-Treme, XL-Limited et Downhill.
  • L’ensemble des photos pour Roxa est disponible sur notre gallerie.
  • Les modèles Roxa neufs présentés ici sont plutot économiques puisqu’ils se vendent entre 70 et 300€.
  • Roxa ne communique aucune table de correspondance des pointures sur internet ; heureusement Huggy a pu prendre en photo une boite de rollers Roxa pour vous donner les correspondances de pointures dans cette marque :

pointures_roxa

Roxa Comp

  • Le Roxa Comp est le modèle premier prix de Roxa, puisqu’il est vendu aux alentours de 70€ en 2013 ! Malgré ce prix plancher, ce modèle a des atouts indéniables (au moins sur le papier), puiqu’il utilise une coque rigide avec 3 boucles (potentiellement métalliques selon les modèles) ! La coque fait indéniablement penser aux excellents Rollerblade Macro (rollers premiers prix des années 2000 qui se révèlent très bien adaptés à la descente). Le modèle de Roxa peut être utilisé pour faire un montage descente avec une coque actuelle à un prix défiant toute concurrence ; la coque est d’ailleurs utilisée par certains descendeurs Italiens. Attention : sur le modèle actuel (2013) la platine n’est plus démontable (quel dommage) ; si vous voulez pouvoir faire un montage facilement, il faut donc trouver un ancien modèle (voir les photos ci-dessous).
  • Les deux premières photos ci-dessous montrent l’ancienne version du Roxa Comp, avec la platine démontable. La dernière photo montre le Roxa Comp actuel avec des boucles métalliques, mais malheureusement une platine qui n’est plus démontable …

 

Roxa X-Treme

  • Le Roxa X-Treme se place en concurrent des Seba FR et équivalents. Affiché à 160€ pour la version basique (200€ pour la version haut de gamme), le prix est plutot correct, surtout quand on sait que Roxa a le mérite de produire ses coques en Italie alors que la quasi totalité des autres fabricants font produire en Chine. Le modèle a deux vraies boucles avec levier en métal + des lacets, et à la différence de ce que font les concurrents, les boucles ont l’air bien dimentionnées et solides (pas d’utilisation de boucles de type “vitesse” totalement inadaptées pour ce type de patins). Le modèle “Sintesi” (le plus haut de gamme) se paye le luxe d’avoir un strap en haut du spoiler en plus de la boucle, tout comme ses prédecesseurs le Tecnica CT7 et le Rossignol Descender ; pour 200€ c’est vraiment pas du vol. Bref, sur le papier ce modèle parait vraiment intéressant, reste à voir ce qu’il vaut pour la descente : Roxa n’a jamais répondu à nos demandes, mais Huggy a quand même réussi à se procurer ce modèle grace à l’aide d’un ami italien ; rendez vous en page 3 de l’article pour les résultats du test !
  • Le modèle est reconnaissable grace à sa coque tout en plastique, ses deux boucles à levier métallique, ses lacets, son inscription “Treme” sur le spoiler et le “ROXA” sur le coté. Ce modèle existe de la pointure 22.5cm à 31cm.
X-Treme :

C’est le modèle basique à 160€. A noter que depuis peu, ce modèle a également un strap en haut du spoiler (tout comme son grand frère le X-Treme Sintesi), le tout pour 160€ !

X-Treme Sintesi :

C’est le modèle plus haut de gamme à 200€ avec entre-autres un strap en haut du spoiler :

X-5D downhill :

Ce modèle est proposé à la vente en Italie pour un prix défiant toute concurrence : 250€ en 2013 avec la platine 5x90mm et les roues ! En revanche ce modèle n’est plus au catalogue de Roxa (peut être aussi qu’il ne l’a jamais été et que le revendeur de Roxa cherche à écouler ses platines 5x90mm). Toujours est-il que ca fait un montage de descente tout prêt à un prix imbattable, avec une platine 5x90mm qui n’est pas mauvaise (voir l’article sur les platines) et une coque intéressante :

Roxa Downhill

  • Ne cherchez pas ce modèle, il est resté au stade de prototype. Huggy a contacté Roxa à ce sujet, mais le fabricant n’a pas daigné répondre … Ce modèle est basé sur une coque Roxa X-Treme, sur laquelle les lacets ont été remplacés par une 3ème boucle. Sur le papier cette coque parait superbe, mais elle n’est jamais sortie et Roxa n’a pas voulu faire les modifications necessaires pour en faire une vraie bonne coque de descente, comme par exemple ne pas la livrer avec une platine 4x100mm (ce que voulait faire Roxa) ! De l’avis de ceux qui l’ont eue en main, le fond de la coque manquait de rigidité (ce n’est pas forcément rédhibitoire, le fond des Descender manque aussi cruellement de rigidité ; il faut alors utiliser des cales). Le spoiler manquerait également de rigidité et le chausson ne serait pas terrible, mais pas de conclusion hative, il faudrait la passer au test de rigidité d’Huggy avant d’en dire plus. Le modèle XTreme étant très similaire à celui là, rendez-vous en page 3 de l’article pour avoir un avis un peu plus étayé d’Huggy. A noter la présence d’une vis supplémentaire à coté de l’articulation de spoiler : à priori cette vis (amovible) sert à bloquer la flexion du spoiler d’avant en arrière … pas sur que ce soit ce qu’on veuille en descente, mais tant que ca reste amovible, ce n’est pas génant.
  • Place aux photos :

 

Roxa XC-Limited

  • Ce modèle se pose en concurrent des Seba High Carbone & compagnie, Huggy ignore si la coque est rééllement fabriquée en Italie, mais, à la différence de Roces & Fila, Roxa a au moins eu le mérite de ne pas copier bêtement les Seba Hight dans les moindres détails. La coque est en fibre de verre et les rollers sont vendus à 300€, ce qui est plutot faible par rapport à la concurrence. Le serrage se fait par 2 boucles de type vitesse + des lacets + un strap.
  • Le modèle existe en plusieurs couleurs. Les pointures vont de 24cm à 29.5cm.

 

4.7/ Salomon

logo_salomon_01

Arrivé relativement tard sur le marché du roller, le fabricant de ski francais Salomon n’a jamais sorti de véritables coques de descente, mais son modèle phare, le FSK (un roller typé freeskate), ainsi que certaines coques de street ont été utilisés en descente. Salomon a arreté sa division roller peu de temps après Rossignol, à priori vers fin 2006. Certains modèles Salomon sont depuis devenues très recherchées car ils n’ont pas vraiment d’équivalent ; ils se revendent donc à prix d’or.

  • Huggy va présenter quelques modèles de la gamme Salomon : FSK, Brandon Campbell, Chaz Sands, ST80 et Energyzer. Ensuite Huggy va tester deux modèles qui représentent assez bien la gamme : une coque FSK Deflector² (version bas de gamme des Crossmax), et une coque de street Brandom Campbell.
  • L’ensemble des photos pour les Salomon est disponible sur notre gallerie ici et .
  • Les modèles Salomon utilisables pour la descente sont assez recherchés pour le freeskate et se vendent généralement chers, parfois plus de 150€ en occasion pour le modèle FSK Crossmax S-Lab.
  • Les coques Salomon sont marquées en pointure Mondopoint, soit la longueur du pied en mm tout simplement ! C’est le meilleur système qui existe car il n’y a pas de conversion hasardeuse à faire : il suffit de mesurer la longueur de son pied, et prendre la taille de coque correspondante. Normalement toutes les paires Salomon sont vendues avec une étiquette collée à l’arrière de la coque et une seconde étiquette cousue sur la languette ; ces deux étiquettes donnent la pointure en cm, la pointure europeenne, la pointure UK et la pointure US. Voilà la table de correspondance des pointures Salomon (les “.13″ et “.23″ veulent dire respectivement “1/3″ et “2/3″) :

pointures_salomon

Salomon FSK

  • Sous cette dénomination, Salomon a décliné une multitude de modèles destinés au Freeskate. Comme ces coques ne sont pas spécifiquement destinées à la descente, Huggy ne va pas trop s’attarder sur leur présentation. Sachez simplement que tous ces modèles sont similaires : “Detonator”, “Thunder”, “Deflector”, “Deemax”, “Crossmax”, “Crossmax S-Lab” et “3V SL” (classés grosso-modo du plus bas de gamme au plus haut de gamme). Les Crossmax S-Lab et les 3V-SL sont les plus recherchés, et aux yeux d’Huggy ce sont les seuls qui sont véritablement utilisables en descente (ce sont les plus hauts de gamme) : en effet ils utilisent une boucle au niveau du cou de pied, au contraire de la plupart des autres modèles de la gamme qui utilisent un strap (voire juste les lacets pour les modèles les plus bas de gamme). Huggy n’ayant pas de Crossmax S-Lab à la bonne pointure, il a testé le modèle “Deflector 2″, dont la principale différence par rapport aux Crossmax S-Lab est le strap au niveau du cou de pied au lieu d’une boucle.
  • Voilà en image la plupart des modèles Salomon FSK (dans l’ordre) : “Detonator”, “Thunder”, “Thunder alu”, “Thundermax”, “Thundermax 2″, “Deflector”, “Deflector 2″, “Deemax”, “Deemax 2″, “Deemax 3″, “Crossmax”, “Crossmax 2″, “Crossmax 3″, “Crossmax S-Lab”, “Crossmax S-Lab 2″, “3V-SL”

 

Salomon ST80, Brandon Campbell, Chaz Sands

  • Les coques de street de Salomon étaient assez réputées et plusieurs personnes s’en sont servies de base pour faire des montages de descente (dont le descendeur Dominik Dobler). En général les gens mettaient des boucles de ski pour assurer un bon maintien necessaire à la descente. Comme ces coques sont UFS (embase arrière à la même hauteur que l’embase avant), ce n’est pas pratique pour fixer les platines classiques en 5x84mm ou 5x90mm qui ont dans 99% des cas l’embase arrière qui est environ 1cm plus haute que l’embase avant. Deux solutions ont été adoptées : ajout d’une cale d’1cm à l’avant entre la platine et la coque (ce qui a pour inconvenient de réhausser grandement la garde au sol) OU fixation de la platine sans se soucier des différences de hauteur … ca déforme la coque et c’est barbare, mais ca marche, le plastique utilisé par Salomon étant de bonne qualité (pour faire ca, il faut bien sur prendre une platine de bonne qualité avec des embases bien solides).
  • Les coques de street Salomon ont toujours globalement la même forme, avec une boucle de spoiler, des lacets et un spoiler avec des trous oblongs au niveau des articulations de spoiler.
ST80 :

ST Brandon Campbell :

Ce modèle a été testé par Huggy, voir la page 3 de l’article. Il était disponible du 36 au 48 et valait 300€ en 2005 :

Chaz Sands :

3 versions présentées ci-dessous, de la plus ancienne à la plus récente :

Salomon Energyzer

  • Modèle méconnu, c’est un roller de fitness de salomon avec une coque, un spoiler qui monte assez haut et un chausson de bonne qualité. Il a aussi été utilisé en descente et il peut s’averer assez intéressant en rajoutant une boucle au niveau du cou de pied. Les photos ne le montrent pas, mais la platine se dévisse sans problème. Comme souvent chez Salomon, la flexion est bloquée par un rivet ou une vis qu’il faut enlever à l’arrière du spoiler si on veut pouvoir patiner efficacement.
  • La coque est facilement reconnaissable avec les photos :

4.8/ Seba

logo_seba_01

Seba est une marque de roller récente ; créée par le slalomeur Sebastien Lafargue en 2005 elle a su devenir une marque incontournable dans le domaine des patins de Slalom et de Freeskate. Tout comme le faisaient Rossignol ou Salomon à l’époque, Seba sponsorise de nombreux riders et participe à l’organisation d’évènements en tous genre. Les rollers Seba sont fabriqués en Chine par le fabricant “Micro”.

  • Huggy va d’abord présenter rapidement la plupart des coques du fabricant : série “High”, série “FR”, série “GT”, “Trix”, “KSJ”, “WFSC” et “Igor”. En page 3 de l’article, Huggy vous présentera son analyse détaillée des 3 modèles suivants, qui représentent assez bien la gamme Seba : “FR1″, “Seba High Light” et “Igor”.
  • L’ensemble des photos pour les Seba est disponible sur notre gallerie.
  • Les modèles Seba sont vendus entre 160€ et 550€ en neuf. Sur le marché de l’occasion, ils se négocient de 50€ à 200€, voire plus selon le modèle.
  • Les coques Seba n’utilisent pas le système de pointure Mondopoint (pointure du pied en mm) qu’utilisent la quasi totalité des autres fabricants. C’est bien dommage car il faut se baser sur des tables de conversion plus ou moins hasardeuses pour trouver la bonne pointure pour son pied. Qui plus est, chez Seba il y a plusieurs tables de correspondance selon les modèles … Huggy ignore par ailleurs le gap entre chaque pointure (à peu près tous les autres fabricants utilisent un gap d’1cm entre chaque coque).

pointures_seba

Seba High

  • Premier modèle sorti par Seba (en 2005) ; ce modèle est plutot typé slalom, mais il peut quand même convenir pour la descente (c’est même le modèle le plus homogène testé par Huggy). Le serrage se fait par des lacets + deux boucles type “vitesse” + un strap. Le chausson est amovible, sauf pour la version Ligh. Tous les modèles ont des plaques avec 7 trous taraudés pour fixer la platine (vis spécifiques Seba, avec dimensions en pouces 5/16-18 …).
  • Les coques sont reconnaissables aux morceaux de skaï/cuir placés tout autour du patin, au strap à l’avant du pied et à leur slider sur le coté. Ils existent au moins en noir, rouge, bleu et blanc.
High / High Whole :

Prix : environ 300€.

High Carbon :

Modèle identique au High classiques, mais avec la base de la coque en carbone. Prix : environ 380€

High Carbon Pro :

Modèle identique au High Carbon, mais avec le spoiler en carbone. Par rapport aux Igor, ce modèle a un chausson amovible. Prix : environ 450€

High Light :

Modèle sans chausson amovible, pour plus de légèreté. Prix : environ 350€. Ce modèle a été testé par Huggy, voir la page 3 de l’article.

High Deluxe :

Modèle identique au High classiques, mais avec un chausson de meilleure qualité et une platine différente. Prix : environ 330€

 

Seba FR

  • Sortis peu de temps après les High, les FR sont censés être plus typés freeskate grace à leur coque en plastique intégrale. Le serrage se fait par des lacets + deux boucles type “vitesse”. Le chausson est amovible. Ces coques peuvent être utilisées en descente, mais Huggy vous invite à lire son test détaillé en page 3 avant de les acheter …
  • Les coques sont reconnaissables grace à leur coque en plastique et leurs deux boucles type “vitesse”. Ils existent au moins en noir, bleu, orange, et on peut acheter des kits de couleurs à part (rouge, jaune, …).
FR1 :

Modèle le plus vieux, il dispose des réglages de hauteur de spoiler et de plaques pour fixer la platine ; plaques taraudées de 7 trous pour des vis en pouces de dimension 5/16-18 (boujour le standard …). Prix : environ 250€. Ce modèle a été testé par Huggy, voir la page 3 de l’article.

FR1 Downhill :

FR1 avec une platine 5x90mm Seba Downhill et une boucle supplémentaire à l’avant du pied, boucle qui passe devant le slider (une chute et la boucle est arrachée) ! Huggy n’est pas certain que ce modèle soit réellement sorti. Prix : environ 330€.

FR2 :

Version plus bas de gamme du FR1 ; sur le modèle analysé, Huggy a vu comme principale différence les plaques taraudées pour fixer la platine : elles ne comportent plus que 2 trous (moins bien), cette fois ci taraudés en M6 standard (mieux, car compatible avec plus de platines et on peut changer les vis facilement). Prix : environ 200€.

FRX / FRM :

Version bas de gamme de la série FR. Elle n’a pas de spoiler démontable, la boucle du cou de pied est remplacée par un strap (sauf sur le FRM à priori), elle n’a probablement pas de plaques taraudée, et la platine utilise des axes en 2 parties. Prix : environ 160€.

FR1 Deluxe :

Par rapport au FR1, le chausson est de meilleure qualité et les platines sont en version “Deluxe”. Prix : environ 300€.

FR-A :

Version “aggressif” des FR1, avec intégration de soulplates et grindplates. Prix : environ 300€.

Seba GT

  • Modèle similaire aux Seba High, mais avec des platines différentes et des roues plus grosses (jusqu’à 4x100mm) et pas de slider. Ce modèle est plutot typé vitness, mais il peut quand même convenir pour la descente. Se reporter au test du High Light réalisé par Huggy en page 3 pour avoir un avis plus détaillé sur le modèle. Tout comme pour les High, le serrage se fait par des lacets + deux boucles type “vitesse” + un strap. Le chausson est à priori amovible et les modèles ont des plaques avec 7 trous taraudés pour fixer la platine (vis spécifiques Seba, avec dimensions en pouces 5/16-18 …). Le modèle GTX est différent des autres (chausson non amovible, pas de spoiler réglable, une seule boucle, …).
  • Les coques sont reconnaissables aux morceaux de skaï/cuir placés tout autour du patin et au strap à l’avant du pied et à leur absence de slider sur le coté. Ils existent au moins en noir, rouge, bleu et blanc.
GT :

Premier modèle sorti en 2008. Prix : environ 250€ (dépend de la version).

GTS :

Apparu en 2011 ; contrairement à son grand frère, il n’a pas de spoiler réglable en hauteur. Prix : environ 260€

GTX :

Modèle bas de gamme, avec un strap au niveau du cou de pied, pas de strap à l’avant, pas de plaque à trous sous la coque, pas de spoiler réglable et surtout pas de chausson amovible. Seul bon point : un système de lacage rapide a fait son apparition (au moins sur le modèle 2013). Prix : environ 200€

 

Seba Igor

  • Modèle avec coque et spoiler en carbone. Fermeture par des lacets + 2 boucles + un strap à l’avant du pied. A la différence des High Carbon Pro, le chausson des Igor n’est pas amovible. Il y a des plaques avec 7 trous taraudés inséréees dans le carbone pour pouvoir fixer la platine (vis spécifiques Seba, avec dimensions en pouces 5/16-18 …). Ce modèle peut convenir pour la descente, mais Huggy vous invite à lire son test détaillé en page 3 avant de les acheter.
  • Les coques sont reconnaissables grace à leur coque et leur spoiler carbone.
Igor :

Prix : environ 500€.

Igor Downhill :

Igor avec une platine 5x90mm Seba Downhill. Prix : environ 500€.

Seba Trix / KSJ / WFSC

  • Les 3 modèles cités ont tous un spoiler “3 branches” non articulé. Pour cette raison, ils sont très mal adaptés à la descente et Huggy ne va pas s’attarder dessus.
  • Les coques sont reconnaissables sans doute possible grace à leur pièce à 3 branches en guise de spoiler.
Trix :

Prix : environ 450€.

KSJ (King Sung Jin) :

Prix : environ 500€.

WFSC :

Remplacant du KSJ en 2013 à priori. Prix : environ 500€.

 

 

4.9/ Tecnica

logo_tecnica_01Tecnica était un fabricant de roller Italien disparu en 2003. On dit souvent que Tecnica a été racheté par Rollerblade en 2003, mais c’est plutot le contraire : c’est Tecnica qui a racheté Rollerblade en 2003 et fait disparaitre sa propre marque dans le monde du roller, au profit de Rollerblade. La raison étant probablement que Rollerblade était plus connu que Tecnica, et que donc il était plus judicieux de garder le nom Rollerblade. Des modèles Tecnica, un seul est resté dans la gamme Rollerblade : le Twister. A noter que Tecnica possède également le fabricant de chaussures de ski Nordica.

  • Les 3 gammes de coques étaient nommées – du plus bas de gamme au plus haut de gamme – “Twincore” (Galaxy, X, Twister), PS = “Powerstroke” (PSX, PS3, PS5, PS7) et CT = “Crosstech” (CT1, CT3, CT5, CT7, CT9, Marathon, CTR). Les modèles les plus intéressants chez Tecnica faisaient partie de la gamme Crosstech et Powerstroke ; Huggy va vous présenter rapidement les modèles de la gamme, et il a testé en détail le modèle le plus emblématique : le CT7 !
  • L’ensemble des photos pour les Tecnica est disponible sur notre gallerie.
  • Les modèles Tecnica se négocient entre 10 et 50€ sur le marché de l’occasion, selon la gamme et l’état (les plus chers étant les CT7). Les modèles Twister, CTR et Marathon peuvent se négocier encore plus cher car ils sont rares et recherchés, mais ils ne nous intéressent pas en descente, donc ca ne nous concerne pas !
  • Attention : les coques Tecnica sont gravées en pointure anglaise (UK) ! (Les autres fabricants mesurent tout simplement les pointures en cm). C’est bien dommage d’avoir utilisé ce système de pointure UK car ca ne facilite pas le choix de la bonne pointure ; ceci étant dit, Tecnica utilisait une table de conversion très simple entre les pointures UK et les pointures en cm, donc le choix reste aisé. Voilà la table de correspondance pointure UK / pointure en cm pour Tecnica (source : rollschuster.de)

pointures_tecnica

Tecnica Twincore X

  • Modèle d’entrée de gamme de chez Tecnica, avec des boucles en plastique et un chausson assez fin, ces coques n’en demeurent pas moins intéressantes en descente. Elles ne serviront pas de base à un super montage de descente, mais elles peuvent tout à fait convenir pour essayer la descente.
  • Les coques existent au moins en couleur bleu, noir et orange, ainsi qu’une très rare version jaune (dernière photo). Elles sont reconnaissables grace au logo “X” entouré du texte “Twincore” entre les deux boucles du bas.

 

Tecnica Twincore Galaxy

  • Ce modèle est très similaire au Twincore X (Huggy ignore les différences entre les deux, si différence il y a). Se reporter à la description du Twincore X pour les détails.
  • Les coques existent au moins en couleur bleu, noir et orange. Elles sont reconnaissables grace au logo “Galaxy” entre les deux boucles du bas et grace au texte “Twincore” gravé sur le spoiler (pas sur que ce texte soit systématiquement présent ceci dit).

 

Tecnica Twister

  • Modèle très apprécié des slalomeurs, ces rollers sont tout simplement des Tecnica Twincore sans spoiler et avec un chausson montant. L’absence de spoiler les rend bien sur totalement inadapté pour la descente, mais certains ajoutaient des spoilers pour transformer leur twister en coque de descente.
  • Les coques existent en orange et en noir. Elles sont reconnaissables au premier coup d’oeuil grace à leur absence de spoiler.

Tecnica Powerstroke PSX

  • Modèle milieu de gamme de chez Tecnica, avec 3 boucles, parfois en plastique et parfois en métal et un chausson correct. Sans être au niveau de la gamme Crosstech, ces coques sont relativement intéressantes en descente grace à leur fermeture par 3 boucles (prendre la version en métal) et à des coques assez résistantes. Se reporter au test des CT7 pour avoir l’avis d’Huggy sur ce type de coques.
  • La gamme Powerstroke (PS) est reconnaissable grace à sa platine en plastique munie d’une sorte d’amortisseur pour la 1ère roue. Le logo “Powerstroke” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : il comporte un seul petit rond – généralement rouge – en bas à droite (La gamme Crosstech possède deux ronds rouges). Le logo du PSX possède – logiquement – un “X” en son centre.

 

Tecnica Powerstroke PS3

  • Modèle milieu de gamme de chez Tecnica, avec 3 boucles en plastique. Ce modèle peut convenir pour de la descente ; en fait il est un peu au dessus des Tecnica Galaxy, de part ses boucles et son chausson.
  • La gamme Powerstroke (PS) est reconnaissable grace à sa platine en plastique munie d’une sorte d’amortisseur pour la 1ère roue. Le logo “Powerstroke” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : il comporte un seul petit rond – généralement rouge – en bas à droite (La gamme Crosstech possède deux ronds rouges). Le logo du PS3 possède – logiquement – un “3″ en son centre.

 

Tecnica Powerstroke PS5

  • Modèle milieu de gamme de chez Tecnica, avec des lacets et une boucle en plastique au niveau du tibia. Ce modèle n’est pas très adapté à la descente, du fait de son serrage par lacets qui empêche d’avoir un maintien efficace.
  • La gamme Powerstroke (PS) est reconnaissable grace à sa platine en plastique munie d’une sorte d’amortisseur pour la 1ère roue. Le logo “Powerstroke” situé sur le coté de la coque est également reconnaissable sans ambiguité : il comporte un seul petit rond – généralement rouge – en bas à droite (La gamme Crosstech possède deux ronds rouges). Le logo du PS5 possède – logiquement – un “5″ en son centre.

Tecnica Powerstroke PS7

  • Modèle milieu de gamme de chez Tecnica, avec 3 boucles en métal. Le PS7 est le plus haut de gamme de la gamme Powerstroke. Les chaussons sont corrects, et la coque – sans être au niveau de la gamme Crosstech (absence de strap) – est relativement intéressantes en descente grace sa leur fermeture par 3 boucles. Se reporter au test des CT7 pour avoir l’avis d’Huggy sur ce type de coques.
  • La gamme Powerstroke (PS) est reconnaissable grace à sa platine en plastique munie d’une sorte d’amortisseur pour la 1ère roue. Le logo “Powerstroke” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : il comporte un seul petit rond – généralement rouge – en bas à droite (La gamme Crosstech possède deux ronds rouges). Le logo du PS7 possède – logiquement – un “7″ en son centre.

 

Tecnica Crosstech CT1

  • Le CT1 possède 3 boucles en plastique, il fait partie de la gamme la plus haute de chez Tecnica. Il est similaire au Tecnica PS3 ; la principale différence étant la platine qui est en métal sur le CT1 et en plastique sur le PS3. Tout comme le PS3, ce modèle peut convenir pour de la descente.
  • Le CT1 est reconnaissable sans doute possible grace à la combinaison platine 4 roues en aluminium + 3 boucles en plastique. Le logo “Crosstech” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambigüité : c’est le seul qui comporte deux petits ronds rouges de part et d’autre. Le logo du CT1 possède – logiquement – un “1″ en son centre.

 

Tecnica Crosstech CT3

  • Le CT3 possède 3 boucles en métal, il fait partie de la gamme la plus haute de chez Tecnica. Il est assez proche du Tecnica CT7 ; les différences se situent au niveau du chausson un peu moins haut de gamme, et au niveau du spoiler qui monte moins haut et qui ne possède pas de strap. Sans être au niveau du CT7, ces coques sont relativement intéressantes en descente. Se reporter au test des CT7 pour avoir l’avis d’Huggy sur ce type de coques.
  • Le CT3 est reconnaissable sans doute possible grace à la combinaison platine 4 roues en aluminium + 3 boucles en métal et pas de strap (contrairement au CT7). Le logo “Crosstech” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : c’est le seul qui comporte deux petits ronds rouges de part et d’autre. Le logo du CT3 possède – logiquement – un “3″ en son centre.

 

Tecnica Crosstech CT5

  • Le CT5 possède des lacets et une boucle en plastique au niveau du tibia ; il fait partie de la gamme la plus haute de chez Tecnica. Même s’il est mieux que les PS5 grace à son strap et son spoiler qui monte plus haut, il reste pas très conseillé pour la descente, du fait de son serrage par lacets qui empêche d’avoir un maintien efficace.
  • Le CT5 est reconnaissable sans doute possible grace à la combinaison platine 4 roues en aluminium + lacets + boucle en métal + strap en haut du spoiler. Le logo “Crosstech” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : c’est le seul qui comporte deux petits ronds rouges de part et d’autre. Le logo du CT5 possède – logiquement – un “5″ en son centre.

 

Tecnica Crosstech CT7

  • Le CT7 possède 3 boucles en métal + un strap en haut du spoiler. C’est le modèle le plus adapté pour la descente et Huggy l’a testé en détail ; voir le chapitre correspondant.
  • Le CT7 est reconnaissable sans doute possible grace à la combinaison platine 4 roues en aluminium anodisé noir + 3 boucles en métal + 1 strap. Le logo “Crosstech” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : c’est le seul qui comporte deux petits ronds rouges de part et d’autre. Le logo du CT7 possède – logiquement – un “7″ en son centre. Les CT7 existent en 3 couleurs : orange (le plus courant), violet et noir (le plus rare … si vous aimez la discression, armez vous de patience !).

 

Tecnica Crosstech CT7 v2

  • Tecnica a eu la mauvaise idée de sortir une deuxième version de son CT7 – version 2 qui est moins bien que la version 1 ! Ce modèle est très rare (merci Andrea pour les photos). Par rapport à la version originale, Tecnica a fait de la réduction de cout, puisque le levier des boucles qui était en métal est maintenant en plastique et le logo n’est plus en couleur. Les photos ne le montrent pas, mais le strap en haut du spoiler est heureusement toujours présent.
  • A noter que c’est probablement toute la gamme CT qui a été déclinée en version 2, vu que Huggy a également trouvé des CT1 gris réalisés de la même manière …
  • Le CT7 “v2″ est reconnaissable sans doute possible grace à la combinaison platine 4 roues + 3 boucles en plastique + 1 strap. Le logo “Crosstech” situé entre les 2 boucles du bas est également reconnaissable sans ambiguité : c’est le seul qui comporte deux petits ronds gris de part et d’autre. Le logo du CT7 possède – logiquement – un “7″ en son centre. La platine du patin ci-dessous n’est bien sur pas d’origine.

 

Tecnica Crosstech CT9

  • Modèle très rare et méconu, le CT9 est la seule coque de chez Tecnica qui était livrée avec une platine 5 roues (5x80mm). La fermeture se fait par des lacets, une boucle en métal au niveau du tibia et un strap. En fait ce modèle est très similaire au CT5, avec en plus des platines 5 roues et peut être un meilleur chausson. Hormis le fait de pouvoir exhiber fièrement le logo “CT9″, ce modèle n’est pas le plus intéressant de la gamme, du fait de sa fermeture par lacets (inefficace) ; accessoirement la platine (qui est solide) est en 5x80mm, donc personne n’utilisera ca en descente.
  • Le CT9 est reconnaissable sans doute possible grace à la combinaison platine en métal 5 roues + lacets + boucle en métal + strap. Le logo “Crosstech” situé au niveau des lacets est reconnaissable sans ambiguité : c’est le seul qui comporte deux petits ronds rouges de part et d’autre. Le logo du CT9 possède – logiquement – un “9″ en son centre.

 

Tecnica Marathon & CTR

  • A la manière du Twister qui est un Galaxy sans spoiler, les Tecnica Marathon / CTR sont des CT sans spoiler ! Chaussons de vitesse de l’époque (années 1997, …), ces chaussons sans spoiler sont bien sur totalement inadapté pour la descente ; mais ils n’en demeurent pas moins d’excellents chaussons de vitesse, qui plus est avec des boucles pour le CTR de 1998 – le rêve de tout descendeur !
  • Ces Tecnica sont reconnaissables grace à leurs platines 5x80mm en aluminium. Les Marathon possèdent toujours des lacets et un strap. Les Tecnica CTR possèdent soit des lacets + un strap, soit des boucles + un strap (gamme 1998 à priori).
  • Les coques sont presque toujours oranges, mais il a aussi existé des Marathon noirs.

 

Tecnica Downhill

  • Rossignol n’est pas le seul à avoir sorti un modèle spécifique descente, Tecnica a aussi sorti son modèle, nommé Tecnica “Downhill” tout simplement ! La coque est un mélange entre un Tecnica Marathon (dont il reprend la coque) et un Tecnica Twister (dont il reprend le chausson montant). La coque est livrée sans boucles, simplement un lacet ! Pas sur que Tecnica ait tout compris quant-aux contraintes de la descente … mais l’emplacement pour la boucle existe et il est tout à fait possible de mettre une boucle de Tecnica CT à la place du support de lacet. La platine est aussi très spécifique : c’est un modèle pour 4 roues de 80mm rallongé (320mm), avec possibilité de décaler la 3ème roue vers l’arrière afin d’augmenter l’adhérence sous le talon. Au final ce modèle s’est très peu vendu et il est extrêment rare, pour ne pas dire introuvable.
  • Ces Tecnica sont reconnaissables grace à leurs platines 4 roue spécifique ; les coques ressemblent à s’y méprendre à celles des premiers Twister, mais elles ont un emplacement pour une boucle au niveau du cou de pied.

 


Article, images et photos placés sous licence CC BY-NC-SA 2.0.
Les images & photos de cette section ne sont pas concernées par cette licence car elles proviennent d’internet. Elles sont utilisées dans notre article avec l’accord de leurs auteurs respectif quand cela a été possible.

  3 réponses sur “quelles coques pour le roller de descente – partie 2”

  1. The Seba FR1 downhill edition is a real model! It has been released. I have bought one myself!

    the first thing I did of course was to trim the loops at the bottom of the shell, because as you noticed they are very long (they even go over the sliders)

  2. Seba FRM is not a real model. It is a copy from China.

    Here is the man himself explaining the differences

    https://www.youtube.com/watch?v=KMTuGR9wUz0

  3. syp, je cherche a acheté une platine de roller 5 roues 90mm. ou je pue trouvé ??

 Laisser un commentaire

(required)

(required)


7 + quatre =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>